Insight Tradelab Insight

L’année du mobile sera celle du multi-écrans.

Par Christopher Mariel

Publié le 24 février 2015

Par Erik – Marie Bion – General Manager Advertising & Online chez Microsoft France

Des usages de plus en plus diversifiés

5% : c’est le nombre d’internautes qui n’accèdent plus à Internet depuis un poste fixe aujourd’hui en France (Global Web Index Q4 2014). Ce chiffre peut paraître faible, mais est suffisamment significatif pour représenter une véritable tendance de fond d’une société toujours plus mobile. En parallèle, on s’aperçoit que les internautes français partagent leur vie digitale entre deux types d’écrans en moyenne, voire 2,8 pour les Français équipés d’un smartphone !

En ce sens, la France suit les pas des Etats-Unis, où l’Internet mobile est devenu une réalité. En 2014, le temps passé et l’inventaire publicitaire disponible sur mobile se sont ainsi avérés outre-Atlantique supérieurs au « Desktop ».

Et ce n’est que le début ! Les développements Cloud pour le grand public accélèrent les expériences digitales en continu à travers l’ensemble des écrans de la vie numérique. L’industrie du jeu vidéo par exemple développe désormais les jeux dans le Cloud pour proposer une expérience toujours plus riche depuis l’ensemble des écrans. Un joueur peut ainsi débuter une partie depuis sa Xbox, poursuivre sur son PC ou son mobile, au fil de ses envies et de ses déplacements.

Les marques se doivent de suivre les usages digitaux

Ces usages doivent être également intégrés par les acteurs de la publicité digitale, pour accompagner les annonceurs et leur permettre de proposer une  histoire de marque engageante et innovante à travers l’ensemble des canaux. En parallèle, le développement du programmatique alimente cette transformation en facilitant l’accès aux audiences quels que soient les écrans. Tous les inventaires Microsoft disponibles sont ainsi accessibles depuis le Microsoft Advertising Exchanges, que ce soit les formats sur mobile, tablette ou ordinateur, via des OS exclusifs (Windows Phone, Windows 8) ou des services exclusifs telles que Skype ou les apps MSN.

Unifier les écrans via la data pour un meilleur ciblage et une gestion plus efficace de  la performance publicitaire

Dans cette multiplicité des usages digitaux, l’enjeu pour les annonceurs réside dans la gestion complémentaire des  écrans pour renforcer l’impact de leurs dispositifs de marque : suivre l’internaute tout au long de son parcours et de sa navigation au gré des écrans.  Il s’agit non seulement d’optimiser son exposition publicitaire « tous écrans » mais également de permettre à l’annonceur d’analyser au mieux, et ce dans un contexte multicanal, les comportements et les conversions.

Suivre les usages digitaux tout en préservant le plus précieux: l’intégrité et l’image de marque

Microsoft met à disposition ses propres environnements premium et fiables en toute transparence et dans le respect de la vie privée des internautes. C’est à ce titre que nous travaillons étroitement avec TradeLab dont nous apprécions l’approche qualitative du programmatique.

Qui sommes-nous ?

Microsoft est depuis longtemps investi dans le programmatique et le RTB. Nous avons été l’un des premiers réseaux à embrasser l’achat programmatique via un partenariat avec AppNexus en 2011. Nous avons démontré notre engagement à vendre des environnements premium à grande échelle dans un système d’enchères ouvertes sur des adexchanges transparents. Nous sommes par ailleurs toujours restés agnostiques concernant les plateformes d’achat publicitaire, permettant ainsi aux acheteurs de s’appuyer sur  le DSP de leur choix.

Le future du programmatique avec Microsoft

Nous envisageons un écosystème programmatique efficace et intelligent opérant à grande échelle, à travers tous les écrans et toutes les plateformes. Les solutions programmatiques de Microsoft concilient l’expérience utilisateur et les besoins des annonceurs à travers différents types d’inventaires et de modes d’achat. Nous estimons que plus de 70% de nos inventaires seront vendus en programmatique d’ici deux ans.